graphical blog 2

En ce moment, je m’essaie un peu aux pliages, j’ai voulu faire un cadre en carton pour présenter une peinture de petite taille, comme on trouve aujourd’hui, des toiles sur châssis, de 8×6cm. Ne connaissant que très peu les méthodes utilisées pour ce type de façonnage, voici comment j’ai procédé :

Cadre-boîte au cerisier

Croquis préparatoire du cadre-boîte
Croquis du cadre
Il est toujours mieux et plus rapide de commencer, après avoir pris les mesures du châssis, par des croquis du cadre, vu sous différents angles pour déterminer la façon dont j’allais le faire. J’ai été très ambitieux au départ et ai voulu faire un cadre beaucoup plus évolué, qui aurait un pied inclinable et ferait le tour du tableau (voir les croquis préparatoire). Le chassis doit pouvoir être enlevé ou remis à volonté sur le cadre mais rester coincé si l’on ne tire pas dessus.

Dans l’idéal j’aimerais faire des cadres sans colle, comme pour les origami ou les emballages de matériel électronique d’aujourd’hui. J’ai un peu observé des emballages pour connaître quelques principes, ainsi qu’un livre spécialisé « Structural package designs » (Modèles structuraux de conditionnement), cela m’a fait comprendre quelques principes de base. Mais je voulais faire quelque chose de nouveau, sinon il n’y aurait pas eu (autant) de plaisir. Après quelques croquis préparatoires il m’a paru plus prudent de commencer par quelque chose de relativement plus simple que mon idée de départ. J’ai fait L’origami de rose entre temps mais cela a du avoir assez peu d’influence sur la construction finalement.

Patron cadre sous Inkscape
Patron du cadre
J’ai voulu faire le schéma à plat, d’abord à la règle, d’après les croquis, mais me suis finalement dit que ce serait plus simple de faire ça numériquement. J’ai donc choisi tout naturellement Inkscape, qui permet de faire des dessins précis, avec l’aide de guides et d’imprimer ensuite pour découper. Je vais prochainement détailler la partie Inkscape dans un article sur le site Inkscape-fr.org. J’ai d’abord fait une version en papier pour m’assurer de la faisabilité. Ca avait l’air de tenir la route, j’ai donc refait une version en carton en tenant compte de l’épaisseur de celui-ci (arrondi à 1mm) pour les plis. J’ai malheureusement fait des languettes (la partie que l’on colle pour maintenir la structure) un peu petite et même la glue n’a pas suffit, j’ai du mettre un peu de ruban adhésif à l’intérieur pour maintenir la structure.

Quelques règles simples en découpage carton, acquises par cette experience :
* Prévoir 1 mm de moins pour la partie qui va être collée à l’intérieur.
* Faire des languettes assez longues !!
* Éviter les recoins d’1 mm de large, très dur a découper proprement au cutter.

* Pour avoir quelque chose de précis, utiliser les unités mm dans le préférences du document d’Inkscape.
* Pour les objets, choisir une épaisseur de contour noir de 0.01 mm afin d’avoir de la précision lors de la découpe et un remplissage transparent.
On peut appliquer ces réglages à la fin (sur un objet puis ctrl+c (copie), ctrl+a (sélectionne tout) et ctrl+maj+v (colle le style).

Voici le fichier SVGZ du cadre-boîte que vous pouvez ouvrir avec Inkscape. Sur cette version les languettes ont été corrigées.

Cadre-boîte, version papier
Impression
Le problème est que le carton ne passe généralement pas dans l’imprimante, il faut donc imprimer sur du papier puis attacher la feuille au carton avec des pinces ou trombones et enfin découper le carton à travers le papier. Encore une fois, il n’est pas inutile de faire une première version en papier pour essayer le découpage.

Cadre-boîte découpage carton
Découpage
Ce que j’ai appris par cette experience :
* Une fois attaché, il vaut mieux passer plusieurs fois le cutter au même endroit plutôt que d’arracher manuellement après un premier passage ; cela permet d’avoir des bords plus nets.
* Tenter, tant que possible, de couper de l’intérieur du patron vers l’extérieur

Cadre-boîte après découpage
Pliage et collage
Il faut commencer pour le carton par faire des rainures du coté qui sera plié en creux afin de faciliter le pliage et d’avoir quelque chose de plus net, il y a différentes méthodes pour ça :
* Marquer au stylo
* Marquer au cutter avec la partie métallique qui contient la lame, pas avec la lame elle même.
* Marquer avec le dos de la lame de cutter (découpe légèrement, ça aide un peu a plier plus droit peut-être).
Je ne sais pas quelle est la mieux, j’ai pas eu de résultats super satisfaisant, je ne suis pas trop content de la finition sur les plis, même si je suis content d’avoir réussi cet exploit.

Il faut ensuite trouver l’ordre de collage le plus approprié, afin que les coupes à 45° correspondent bien, que tout tombe en face et que les parties collées n’empêchent pas d’accéder aux autres parties à coller. C’est sans doute une des étapes les plus stressantes. Vivement une version sans colle ;).
J’ai fini par abandonner le collage de la partie arrière trouvant l’ouverture possible bien pratique pour y ranger des surprises ou pour tenir la peinture debout sur une table, rejoignant ainsi mon optique de départ.

Le cadre, un châssis et le couvercle
Et le couvercle
Vous pouvez trouver le SVGZ du couvercle du cadre-boîte ici, toujours à ouvrir et imprimer avec Inkscape.

J’aime bien le coté brut du carton et le préfère à celui du carton couché (plastifié) que j’ai caché a l’intérieur, mais bon, puisqu’on est dans l’art autant aller plus loin, j’ai donc peint le couvercle avant de l’offrir, en laissant le carton brut apparaître bien entendu :) :

Cerisier sur carton
Ce cerisier est à l’acrylique, ça évite les auréoles qu’aurait fait l’huile sur du carton si l’on ne remplit pas toute la surface. Ça sèche aussi plus vite (quelques minutes au lieu d’un an. La portrait de la toile, que je suppose de lin, est par contre à l’huile, permettant des nuances plus délicates. Le scan ne rend pas les empâtement de l’acrylique, mais on les voit sur la photo du début de l’article. Par contre, j’ai rendu les couleurs plus proche de l’original à l’aide de Gimp, mais n’ai pas tout à fait réussi pour les fleurs.

Résultat final
Voici le résultat final, la personne dont j’ai fait le portrait étant activement recherché par Interpol, je n’ai laissé qu’un détail, sans doute important, mais qui ne permet pas de reconnaître la personne activement recherchée.
Cadre-boîte cerisier avec toile et châssis

J’ai pour projet de faire une série de portraits cet été pour éventuellement faire une expo à la fin de l’été ou en automne. Ce travail m’y a motivé, le cadre est important dans la présentation des œuvres, mais l’échelle sera autre et le cadre ne pourra sans doute pas être fait avec ces techniques sans l’aide d’un imprimeur/façonneur professionnel..

1 Comment »

  1. faudrait faire un oranger pour lili !!!

    Comment by snupy — %PM %853 %Africa/Abidjan%q, %2008 @ %0:%Jun %p

RSS feed for comments on this post. TrackBack URL

Leave a comment

You must be logged in to post a comment.

Powered by WordPress

Switch to our mobile site